Histoire > Le "saint curé" Gerin

Le "saint curé" Gerin

Jean Gerin, né en 1797 aux Roches de Condrieu.

Prêtre en 1821, vicaire de Saint-Symphorien d’Ozon, puis curé de Feyzin en 1823, curé-archiprêtre de Saint-Symphorien en 1831, il fut nommé curé de la cathédrale le 2 février 1835.

Il se dépensa sans compter pour ses paroissiens, spécialement les plus pauvres. Levé à quatre heures du matin, il passait huit à dix heures par jour au confessionnal, confessant parfois plus de cent personnes. Il recevait deux heures par jour ses paroissiens, et le reste du temps visitait les pauvres et les malades. Il ne se couchait qu'à minuit après avoir fait sa correspondance. Il fonda de nombreuses œuvres, en particulier pour les jeunes filles pauvres et les orphelins. Il mourut le 13 février 1863, et ses obsèques furent célébrées en présence de milliers de personnes venues rendre hommage au "curé d'Ars du Dauphiné".

150 ans après sa mort, sa tombe au cimetière Saint-Roch est toujours fleurie, et de nombreuses grâces ont été obtenues par son intermédiaire.

Télécharger le dépliant sur l'abbé Gerin >

Quelques citations

« Faites semblant de ne pas voir la plupart des choses qui vous épinglent. »

« On obtient infiniment mieux le pardon de ses péchés par un abandon entier et plein de confiance à la bonté miséricordieuse de Dieu que par une recherche contentieuse et inquiète de ses fautes. »

« Si nous voyions la beauté des âmes venant de recevoir l’absolution, rendues à l’état de grâce, comme il y en a, comme elles le sont toutes ici, nous dirions comme les apôtres sur le Thabor : nous sommes bien ici, dressons-y trois tentes ! Oui mes frères, vous ne voudriez plus sortir d’ici : vous mourriez de joie ! »

« Il n’y a qu’une porte à passer, une seule : au-delà est l’océan de l’amour de Dieu. »

La tombe du "saint curé" Gerin au cimetière Saint-Roch

Cathédrale Notre-Dame de Grenoble
Diocèse de Grenoble-Vienne - 12 place Lavalette - CS 90051 - 38028 Grenoble Cedex 1
Mentions légales - © 2011 - 2017

Plan du site +