Nuit de Noël pour les familles

Vous êtes ici : Accueil > Homélies > 2023 > Nuit de Noël pour les familles

Homélie prononcée le 24 décembre 2023

Noël… Vous auriez probablement été un peu surpris si au cours de cette messe de la nuit de Noël, il n’y avait pas eu la procession à la crèche pour aller y déposer l’enfant Jésus. L’occasion pour les parents de prendre une photo de son ou ses enfants portant un lumignon pour accompagner cette marche vers la crèche. Mais par-delà cette démarche, regardons la crèche. Elle est toute simple. Autour de Jésus, il y a Marie et Joseph, un bœuf et un âne, et des moutons avec leurs bergers… Et puis il y a un peu plus loin des mages qui se sont mis en marche… Et il est facile de se laisser aller à penser que la crèche n’a rien à nous dire…Qu’elle est le témoin d’un monde passé ou l’occasion d’un beau conte pour les enfants.
Et pourtant, la crèche n’est pas un conte pour enfants. Elle n’est pas le témoin d’un temps révolu auquel on pense avec nostalgie. Elle s’ouvre à tous ceux et celles qui veulent venir près d’elle, comme chacun de vous ce soir, et chacun peut recevoir quelque chose dans cette visite, s’il ouvre son cœur, s’il accepte de se plonger au cœur de la foi.
Permettez-moi de vous proposer de vous faire entrer un peu dans le mystère de Noël, le mystère de la Nativité. Je vais le faire malhabilement peut-être, mais avec tout mon cœur. C’est mon cadeau de Noël. Je ne l’ai pas acheté dans un magasin ; je l’ai pris dans les paroles, les textes de la Parole de Dieu que nous venons d’entendre.
Écoutons d’abord le prophète Isaïe dans la première lecture : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre une lumière a resplendi ».
Ce monde où nous sommes souffre beaucoup. Les malheurs ne lui sont pas épargnés : la haine, la guerre, la mort, l’indifférence, la dégradation du vivant, les fléaux climatiques, les querelles entre pays et aussi dans nos familles et ces ruptures entre proches sont tellement difficiles à vivre. C’est une situation de ténèbres. Et pourtant, Dieu nous dit par son prophète qu’il ne faut pas désespérer. Son amour ne se laisse pas arrêter par ces ténèbres, au contraire. Son amour devient une lumière qui dissipe ces ténèbres. Comment ? Par un sauveur qui se présente sous les traits d’un enfant. « Oui, un enfant nous est né, un fils nous est donné » nous annonce Isaïe.
Saint Paul dans la deuxième lecture se réjouit de ce que l’annonce du prophète s’est réalisée à la crèche lors de la naissance de Jésus. « La grâce de Dieu qui s’est manifestée pour le salut de tous les hommes ». Dieu se fait l’un de nous. Il se fait l’Emmanuel, Dieu-avec-nous. Dieu qui se fait pauvre, qui devient l’un de nous. Un Dieu qui se met en état de grande fragilité. Dieu qui s’abandonne au bon vouloir des hommes, Dieu qui se fait frère de chacun et chacune d’entre nous. Dieu ne naît pas dans un grand et beau palais… mais dans la précarité d’une mangeoire pour animaux. Dieu livré au bon vouloir des hommes qui, quelques trente années plus tard, le tuerons en le mettant en croix car il dérange, il remet en question l’idée qu’on a de Dieu. "Le Verbe s’est fait chair » dira St Jean… « Le Verbe s’est fait frère » commentera Christian de Chergé, le prieur des moines de Thibirine assassinés il y a bientôt 30 ans. Le Verbe qui était auprès de Dieu et qui est la vraie lumière du monde, un jour est venu parmi nous. C’est ce que nous fêtons à Noël : Dieu qui s’est fait homme pour nous dire son amour pour nous. Par sa naissance dans une obscure étable de Palestine, Jésus nous guérit de la peur de Dieu.
Voilà ! Je ne peux vous faire d’autre cadeau que cette Parole de Dieu. Comme saint Pierre s’adressant au paralytique à la porte du temple tel que relaté dans les Actes des apôtres, je vous dis « De l’or ou de l’argent, je n’en ai pas à vous donner, mais ce que j’ai, la Parole de Dieu, je vous le donne comme cadeau ce soir » (Actes 3,6).
Acceptons donc ce soir, d’être un peu comme les bergers dans leurs champs. Comme eux, nous entendons cette bonne nouvelle que Jésus est né, que c’est lui qui nous révèle l’amour de Dieu qui veut nous conduire à la vie avec lui, c’est-à-dire de nous sauver de nos naufrages humains. Tant de choses nous tirent vers le bas, tant de choses peuvent nous ligoter. Accueillons ce cadeau que Dieu nous fait. C’est un cadeau qui mérite d’être regardé en prenant son temps. Il ne suffit pas de le déballer, il nécessite qu’on se l’approprie.
C’est bien le message qui accompagne une des crèches de la galerie, la crèche des addictions : Noël, c’est la venue de notre sauveur ! Dieu vient dans la nuit et la galère de nos vies pour nous délivrer de la mort, de nos souffrances, de nos addictions et de nos esclavages. La crèche que Jésus préfère pour naître : notre cœur. Il n’a pas peur de venir dans l’obscurité et la tristesse de notre vie, sur la paille de notre cœur au milieu de nos nombreux péchés. Noël, c’est la venue d’un libérateur qui veut nous donner paix, joie, pardon, amour, liberté afin de vivre vraiment. Noël c’est la lumière et l’espérance dans le chaos de ce monde. Viens Jésus-Sauveur, viens naître en moi.
C’est dans le calme de notre cœur que ce message va se révéler. Je nous souhaite, je vous souhaite un Joyeux Noël qui ne soit pas seulement sociologique et culturel, mais qui nous touche le cœur comme cela s’est produit pour les bergers ou les cabossées de la vie. Ne restons pas à la surface des choses en faisant semblant… Si c’est le cas, demain tout sera oublié de nos belles intentions.
Accueillons l’Emmanuel, Dieu avec nous, sous les traits d’un enfant emmailloté qui porte le salut du monde. Venons humblement à la crèche. Au cours de cette célébration, n’ayons pas peur de regarder s’il y a quelque cadeau particulier pour nous dans la crèche. Je ne serais pas surpris que vous en découvriez un qui vous convienne parfaitement : un pardon à faire, un geste de partage, une visite à faire, un don ? Je vous laisse le soin de le découvrir dans votre cœur avec la grâce de Dieu. Voilà ! Prenons le temps de recevoir nos cadeaux, de les intérioriser et de les vivre.
Je reprends en terminant les paroles du pape François lors de l’installation d’une crèche et de l’illumination d’un sapin sur la Place Saint-Pierre à Rome : « La crèche et le sapin sont porteurs d’un message de lumière, d’amour et d’espérance... Suivons donc celui qui est la lumière véritable pour ne pas nous perdre et refléter cette chaleur lumineuse sur ceux qui sont plongés dans les difficultés de la vie".
Amen !

Pour aller plus loin

  • Contact

  • Homélies

  • Intentions de prière

  • Intentions de Messe

Livres

Quelques livres en rapport avec la Cathédrale de Grenoble, ou avec la vie de sa communauté

  • Le Bon curé de Grenoble

  • La Vierge Marie, fille d’Israël

  • Une étincelle de Dieu

  • Pour l’amour de mes frères